Book #82 : Ragdoll de Daniel Cole


Édition : Robert Laffont – Collection La Bête Noire
Traduction : Nathalie Beunat
Genre : thriller
464 pages
Publication : 2017
21.00 €


« La valeur d’un homme se reconnaît au nombre de ses ennemis. » (p. 294)

Synopsis
2014. Un tueur en série sévit dans les rues de Londres… Il laisse derrière lui un corps composé de 6 victimes, à la Metropolitan Police de deviner l’identité de chaque personne pour peut-être remonter jusqu’à lui. Pour pimenter ce jeu, le tueur livre à la presse la liste de ses six prochaines victimes avec la date programmée de leur mort. C’est à l’inspecteur en charge de l’enquête, Wolf, de démêler les fils et de trouver où ce tueur fou veut les mener, lui-même étant le dernier sur la liste.

Mon avis
Je remercie les éditions Robert Laffont ainsi que la collection La Bête Noire pour l’envoi de ce thriller ! J’ai ADORÉ !!
Bon ce n’est pas un coup de cœur, MAIS il en est très très très proche ! Je m’explique… (comme d’habitude, les éléments pouvant être spoilant seront cachés !)
L’histoire est très bien ficelée, les éléments s’enchainent à un rythme effréné de manière logique et l’on s’immerge très facilement dans le récit.
Le roman commence vraiment sur les chapeaux de roues, dès les premières pages nous assistons au procès du Tueur Crématiste, un serial killer tuant et brûlant des prostituées de 14-16 ans, à la fin duquel Wolf (de son vrai nom William Oliver Layton-Fawkes) n’est pas content-content (il tabasse quand même presque à mort l’accusé, qui a été déclaré non coupable…). À la suite de ce prologue, nous sommes projetés quatre ans plus tard, en compagnie d’un cadavre, retenu à quelques centimes du sol par différents fils, composé en réalité de 6 victimes différentes (un torse par-ci, une main par-là, une jambe, une autre, un bras, une tête). Chaque partie est cousue à une autre de façon grossière pour au final donner une sorte de marionnette, une poupée de chiffon (Ragdoll en anglais). Et nous retrouvons Wolf, tout juste réintégré à la Metropolitan Police de Londres, qui se voit charger de l’affaire. Je ne vous en dirai pas plus, et vous laisse découvrir la suite du roman (qui, je vous le promets, est palpitante et pleine de rebondissements). L’histoire est vraiment prenante, on a envie de savoir ce qu’il va se passer, pourquoi tel personnage a fait ce qu’il a fait, pourquoi le tueur semble en avoir après l’un d’eux… Mais j’ai trouvé que certains éléments étaient un peu trop “gros” dans le sens où on se doute de ce qui va se passer par la suite (comme les bureaux remplis de fleurs + l’allergie du maire = il va mourir là ; la manifestation + le masque du loup = c’est le tueur ; l’absence de Chambers = il est l’une des parties de Ragdoll ; le surnom de l’inspecteur + toutes les victimes et futures victimes sont liées à lui = il est impliqué dans ces crimes …). Alors j’aime bien avoir des petits détails qui me mettent sur la piste du tueur et sur ses motivations, mais là c’est un peu trop explicite (je préfère me tromper de coupable et être surprise à la fin, là je n’ai pas été surprise car je me doutais de certains trucs dès la moitié du roman). La fin est tout de même top parce qu’on se dit que finalement ils n’ont pas attrapé le vrai coupable, que le loup court encore et que personne n’est à l’abri d’une prochaine vengeance (après tout Ashley est toujours en vie…)… Une très bonne idée cette fin ouverte, on peut aisément s’imaginer plein de choses, on se pose plein de questions ! J’adore ! De plus, j’ai beaucoup aimé le traitement que l’auteur fait de la presse (prêt à tout pour avoir LE scoop de l’année, plus aucune limite, plus aucun respect pour l’être humain, prêt à mettre en danger des personnes innocentes pour la gloire), de la justice (corruption, prêt à payer des gens pour des faux témoignages…), la folie vengeresse (des individus sont prêts à littéralement vendre leur âme au Diable pour qu’il exerce cette vengeance à leur place, des gens qui paraissent sain d’esprit mais qui ne le sont finalement  pas, les faux-semblants, les apparences trompeuses, le fait que les hôpitaux psychiatriques bourrent leurs patients de calmants pour être tranquilles au lieu de réellement les aider…).
Les personnages, le point fort de ce roman je pense, sont tous très bien construits. Chacun a une part d’ombre, de mystère ce qui fait que l’on en vient à jouer nous aussi aux enquêteurs, tous semblent suspects donc on cherche leurs alibis, leurs liens avec les victimes, comment ils auraient pu être en contact avec elles… Même si on a l’impression de tout savoir sur eux, on ne sait finalement rien et tout nous est dévoilé dans les dernières pages. Le comportement de Wolf, son agressivité, son acharnement à trouver le meurtrier sont quelque peu dérangeants, surprenants et font de lui un possible coupable. On se pose beaucoup de questions sur lui. Les “flash back” à propos de Wolf à St ann’s Hospital sont très intéressants pour découvrir la face cachée de Wolf, celle qu’il ne montre pas en temps qu’agent de police. Quant aux autres personnages, comme Finlay, Simmons ou encore Emily Baxter (l’alcoolique notoire… pour une fois que ce n’est pas un mec ! Quoi que ! Andrew Ford, la 4e victime, a lui aussi un sacré penchant pour la bouteille), tout est dévoilé à la fin (donc Finlay et Simmons ne sont en aucun cas liés à toutes ces histoires, même si l’auteur nous met sur cette piste à un moment). Tous leurs petits (et gros) secrets nous sont alors révélés (on apprend des choses pas très jolies et d’autres nous sont confirmées, comme Chambers qui trompait donc bien sa femme avec Baxter et que c’est elle qui avait dénoncé Wolf et donc foutu en l’air l’issue du procès du tueur Crématiste). L’auteur joue donc avec des personnages qui sont tous loin d’être blancs comme neige, chacun ayant une petite part d’ombre comme dit précédemment, et qui sont tous potentiellement suspects. L’auteur de ces crimes se cache-t-il donc dans la police ? Ou bien est-ce quelqu’un d’extérieur ? Tous sauf Edmunds, mon perso préféré du roman, même s’il peut être vu comme un peu trop lisse (cela ne cache-t-il pas quelque chose ?…) ! Intelligent, perspicace (peut-être un peu trop :/) et plutôt tétu, il va au bout des choses et, même s’il n’est que “stagiaire”, ne se laisse pas marcher sur les pieds.
Quant à l’écriture, elle est fluide, rythmée et addictive ! L’auteur joue vraiment avec nos nerfs, plus j’avançais dans l’histoire plus le suspens augmentait de même que mon rythme cardiaque et plus les pages se tournaient vite ! J’ai beaucoup apprécié la construction du récit, le fait d’avoir ces différents points de vue (sans totalement être omniscients), ces bouts d’histoires qui sont raccrochés entre eux par ce fil invisible (même si on comprend vite que rien n’arrive par hasard), cela m’a fait plonger totalement dans l’histoire et je ne voulais pas en ressortir !

En conclusion,  j’ai adoré cette histoire, l’auteur joue avec nos nerfs de même que le tueur fait tourner la police en rond, l’écriture est addictive. Si vous aimez les thrillers avec serial killer, victimes en morceaux, et des personnages à la psychologie fine et travaillée, n’hésitez plus ! Ce roman est fait pour vous et je vous le conseille a 100% ! Oh, et si je puis vous donner un dernier conseil… Méfiez-vous du Diable et des apparences parfois trompeuses ! Et vous, l’avez-vous lu ? Si oui, qu’en avez pensé ?

Bonne lecture et à bientôt !

Publicités

4 réflexions sur “Book #82 : Ragdoll de Daniel Cole

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s