Book #15 : Esprit d’hiver de Laura Kasischke


Traduction : Aurélie Tronchet
Édition : Le livre de poche
Genre : thriller psychologique
312 pages
Publication : 2013
7,10 €


« Ce matin-là, elle se réveilla tard et aussitôt elle sut : Quelque chose les avait suivis depuis la Russie jusque chez eux. »

Synopsis
Lorsqu’elle se réveille ce matin-là, Holly, angoissée, se précipite dans la chambre de sa fille. Tatiana dort encore, paisible. Pourtant rien n’est plus comme avant en ce jour de Noël. Dehors, le blizzard s’est levé ; les invités ne viendront pas. Au fil des heures, ponctuées par des appels téléphoniques anonymes, Tatiana devient irascible, étrange, inquiétante. Holly se souvient : l’adoption de la fillette si jolie, treize ans auparavant, en Sibérie… Holly s’interroge : « Quelque chose les aurait suivis depuis la Russie jusque chez eux ? ».

Mon avis
Il s’agit du sixième livre lu dans le cadre du Cold Winter Challenge.
Cette fois-ci, j’ai opté pour un thriller psychologique où une mère, Holly, se retrouve seule avec sa fille Tatiana, adoptée 13 ans plus tôt en Sibérie, à cause d’une tempête de neige. Le comportement de la jeune fille se fait alors de plus en plus bizarre, ce qui donne froid dans le dos à certains moments (oui oui, je me suis parfois moi-même retournée pour vérifier que Tatiana ne se tenait pas derrière moi dans le salon :s) …
L’écriture de certains passages est vraiment glaçante, la traduction est terriblement bien menée ! L’on a vraiment l’impression d’assister, comme une petite souris, à ce « huis clos » entre cette mère et sa fille : la narration est interne à la mère, on la suit donc enfermée dans cette maison alors qu’elle se prépare à recevoir des invités qui ne viendront jamais : cuisine, dressage de la table, gestion de la crise de sa fille… On se demande aussi, comme Holly, ce qui pousse Tatty à réagir ainsi lorsque sa mère lui parle ou lui pose une question, crise d’adolescence ? esprit russe venu la hanter ? : « Ce ne sont pas les mêmes yeux ! Ils se ressemblent, bien sûr, elle les reconnaissait – mais les yeux dans la main de Holly [sur la photo de son Iphone] n’étaient pas les yeux d’animal sauvage, avec lesquels Tatty fixait sa mère en cet instant. C’était les yeux d’une autre fille. Cette fille, deux étés plus tôt, debout devant une cascade, souriant à côté de son père, n’était pas le jeune fille qui se tenait devant Holly en clignant des paupières.» Mais au milieu du roman, quand toute l’intrigue prend vraiment forme, on ne sait plus nous-même si c’est effectivement Tatty qui devient folle, ou bien si c’est Holly : « Elle ne prit pas la peine de se détourner de la fenêtre pour voir d’où provenait la voix de Tatty. Elle devait certainement être encore au lit. C’était impossible qu’elle fût, comme il semblait, aussi près de l’oreille de Holly. Cette voix – elle aurait pu venir de n’importe où. La voix de sa fille paraissait provenir de l’arrière de l’esprit de Holly, à l’intérieur d’elle-même. Un esprit empli de rose. Ou un esprit d’hiver.»
Concernant les personnages, ils sont tellement bien construits du point de vue psychologique, qu’il est parfois difficile de savoir lequel est plus étrange que l’autre. En effet, qui de la mère et de la fille est la plus « folle » ?! Les deux semblent, au bout d’un moment, sombrer dans une psychose dont on ne devine la cause et les conséquences qu’en filigrane dans les dernières pages du roman avant que tout nous soit expliqué sur la toute dernière page (ahah ! Je ne spoilerai pas la fin, non non !)…
Le thème choisi par l’auteure est donc très bien traitée : l’adoption, les conséquences que cela peut avoir sur la famille adoptive, les questionnements sur le patrimoine génétique des parents biologiques de l’enfant, les conditions de vie en Russie et sur la salubrité et le personnel des orphelinats russes. L’histoire est donc intéressante, voire même instructive, glaçante et intrigante : jusqu’à la fin, nous ne sommes sûrs de rien !
En conclusion, j’ai A-D-O-R-É ce livre et je vous le conseille si vous voulez lire un thriller qui joue aussi bien sur la psychose des personnages principaux que sur la vôtre! Malgré un début très lent (tout s’accélère à partir du moment où la fille et la mère sont en contact) et des flashback des ralentissent l’action, cette histoire est incroyablement bien construite, les personnages sont glaçants de réalisme et le décor, très froid et enneigé, est totalement de saison… Pourquoi donc se priver de cette lecture ? En plus, vous pourriez être surpris par cette fin, quelque peu, pétrifiante… Alors, à vos livres 😉 !

Bonne lecture et à bientôt !


(si vous avez un bouquin à me conseiller, n’hésitez pas à m’en faire part dans les commentaires !)

Publicités

4 réflexions sur “Book #15 : Esprit d’hiver de Laura Kasischke

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s