Book #36 : Le chien des Baskerville d’Arthur Conan Doyle


Édition : Librio
Genre : policier
192 pages
Publication : 1996 (imprimé en 2010)
2 €


« Et maintenant j’arrive rapidement à la conclusion de ce singulier récit dans lequel j’ai essayé de faire partager au lecteur les cruels événements et les vagues conjectures qui si longtemps ont assombri notre vie et qui ont pris fin de si tragique façon. » (p. 174)

Synopsis
Des cris lugubres résonnent sur la lande… Et voici que la légende prend corps. Un chien énorme, créature fantomatique et infernale, serait à l’origine de la mort de sir Charles Baskerville. Maudit soit Hugo, l’ancêtre impie et athée, qui provoqua, en son temps, les forces du mal ! Mais Sherlock Holmes ne peut croire à de telles sornettes. Aussi, lorsqu’il dépêche le fidèle Watson auprès de sir Henry, l’héritier nouvellement débarqué d’Amérique, il ne doute pas de mettre rapidement fin à ces spéculations. Pourtant, la mort a frappé plusieurs fois sur la lande. Et le manoir est le théâtre de phénomènes bien étranges… Se peut-il que la malédiction des Baskerville pèse encore ?

Mon avis
Et allez, c’est parti pour un petit classique britannique de la littérature policière ! Vous me suivez (en sachant que c’est à vos risques et périls 😉 )?
L’histoire est, bien entendu, top avec une bonne dose de suspense et des personnages mystérieux à souhait. Je vais essayer de ne pas trop en dire pour ne pas vous en dévoiler trop (bah oui, il faudra trouver le coupable tout seuls, comme des grands !)…
On suit alors le Docteur Watson, qui est au centre de l’œuvre, aux côtés de sir Henry qu’il doit protéger, quant au personnage de Sherlock Holmes, il est en retrait tout au long du récit (mais que diable fait-il ?!).
Le décor est mystérieux, sombre, assez stressant (perso, je ne supporterais pas de rester seule dans cette lande hostile et terrifiante !) et surtout très surnaturel. D’où peut bien sortir ce chien horrible et monstrueux :s ?).
L’écriture, ou du moins la traduction, reflète l’urgence et le suspense des moments angoissants de l’intrigue, je ne me suis absolument pas ennuyée un seul moment (et puis le dénouement est bien amené 😉 ). Le fait que le récit soit à la première personne permet au lecteur de “s’identifier” et de plonger plus facilement dans l’histoire. De plus, les descriptions ne ralentissent en rien l’intrigue et donnent au lecteur l’impression d’être au milieu de ce décor oppressant…

En conclusion, j’ai passé un très agréable moment livresque. Le roman se lit très vite, est très rythmé et nous tient en haleine jusqu’au dénouement. Le personnage de Watson est bien développé et cela permet au lecteur de le découvrir un peu plus (enfin). Vous l’aurez compris, si vous n’avez pas encore lu ce classique, foncez 😉 !

Bonne lecture et à bientôt !IMG_20160607_160740738

(si vous avez un bouquin à me conseiller, n’hésitez pas à m’en faire part dans les commentaires !)

Publicités

2 réflexions sur “Book #36 : Le chien des Baskerville d’Arthur Conan Doyle

  1. J’ai lu Le chien de Baskeville l’été dernier, et ton article m’a donné envie de m’y replonger! J’ai de toute façon toujours adoré les écrits d’Arthur Conan Doyle, donc celui-ci ne pouvait pas faire exception!
    Est-ce que tu as lu le reste des œuvres de Doyle?

    Aimé par 1 personne

    • Heureuse que mon avis te donne envie de relire ce livre 😀 !
      Je n’ai pas encore lu ses autres œuvres, mais j’en ai quelques unes dans ma bibliothèque 😉 ! La lecture est donc prévue pour très bientôt 🙂 ! Lesquelles me conseillerais-tu ?

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s