Book #25 : Histoire de Jean-l’ont-pris de Joan Batista Favre


Édition : Caillon Dorriotz
Genre : conte languedocien
54 pages (dans version imprimée)
Publication : 2015
3.99 € (ebook)


« Je t’ai pourtant obligation de m’avoir éclairé en bien des choses sur le caractère et les mœurs des paysans. » (84%)

Synopsis
Nous sommes dans la Vaunage, près de Nîmes au XVIIIe siècle. Jean l’ont-pris, de retour d’enterrer sa femme, et tout à sa joie de l’avoir fait, va raconter son histoire à un gentilhomme, un baron, croisé par hasard.

Mon avis
Je remercie de nouveau les éditions Caillon Dorriotz pour l’envoi de ce second service presse ! Merci  pour votre confiance !

Curieuse de savoir ce que cachait cette histoire, j’ai accepté (il y a quelques temps déjà :s) ce SP afin de le découvrir et je n’ai pas été déçue du voyage!
En effet, l’histoire commence assez bien (pour notre personnage) car sa femme est morte et il vient de l’enterrer (il faut lire le conte jusqu’à la fin pour connaître les raisons de cette joie !). Jean-l’ont-pris raconte sa vie, celle de ses parents et des paysans qu’il a croisé, à un baron rencontré par hasard. L’on peut voir ce personnage qui écoute comme notre propre représentation dans le récit (car nous aussi nous écoutons, ou ici lisons, son histoire).
Le personnage de Jean-l’ont-pris est assez attachant, on espère le meilleur pour lui (après son enfance pas rigolote du tout). Les péripéties que nous raconte le narrateur ainsi que le caractère du personnage me font penser au roman picaresque (bien qu’ici nous n’ayons pas affaire à un récit autobiographique). Peut-être l’auteur s’est-il inspiré de ce genre littéraire du XVIe siècle ? Bien que tous ses malheurs ne lui arrivent pas par sa faute, il est juste au mauvais endroit au mauvais moment, il réussit toujours à se tirer d’affaire (reste à savoir comment ;)) ! Jean-l’ont-pris est donc assez malin et sournois pour s’en sortir et en faire accuser un autre à sa place (lorsque cela est possible…).

En conclusion, un conte très agréable et rapide à lire. Les sournoiseries, qui n’en sont pas pour lui et qui parsèment ce conte, sont plaisantes pour le lecteur ! Les aventures et malheurs de ce pauvre Jean m’ont plutôt fait sourire et passer un bon moment. L’auteur nous permet d’en savoir plus sur les traditions du pays d’oc ainsi que sur celles des paysans qui l’habitent grâce à sa jolie plume (ici en traduction). Lecture que je recommande si cet univers vous intéresse !

Bonne lecture et à bientôt !arton5

(si vous avez un bouquin à me conseiller, n’hésitez pas à m’en faire part dans les commentaires !)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s