Book #24 : En l’an 2889 de Jules Verne


Édition : Caillon Dorriotz
Genre : Nouvelle, Anticipation
19 pages (dans version imprimée)
Publication : 2015
3.99 € (ebook)


« Les hommes du XXIXe siècle vivent au milieu d’une féérie continuelle, sans avoir l’air d’en douter. »

Synopsis
Fritz Napoleon Smith est le directeur du Earth Chronicle, le premier quotidien parlé de l’histoire du monde. Le narrateur nous fait découvrir, au travers de sa journée de travail, le monde de 2889, comme il a pu être imaginé par Jules & Michel Verne en 1889.

Mon avis
Je remercie les éditions Caillon Dorriotz pour l’envoi de ce service presse ! Cela m’a permis de découvrir un nouveau texte écrit (en partie) par Jules Verne. Merci 🙂 !

Cette nouvelle a, semble-t-il, été écrite à quatre mains par Jules Verne et son fils, Michel. Nous ne sommes pas sûrs de l’implication de l’un ou de l’autre ni des parties dont chacun s’est occupé. Ce dont on est sûr, c’est qu’il s’agit d’une nouvelle d’anticipation (genre de prédilection de Jules Verne) où est imaginée, en 1889, la société de 2889.
Nous suivons Fritz Smith, directeur du journal parlé Earth Chronicle au cours de l’une de ses journées (toutes se ressemblent). La nouvelle est écrite à la 3e personne du singulier, nous sommes donc mis à distance du personnage principal. Mais de temps à autre, le narrateur s’adresse directement au lecteur : « Vous en doutez ? » afin de tout de même l’impliquer dans l’histoire, qu’il y prenne part. De plus, il y a très peu de dialogues ce qui peut donner l’impression qu’il ne se passe pas grand chose (ce qui est en quelque sorte le cas) ! L’histoire nous montre que la journée de ce directeur est très remplie mais surtout qu’il s’agit d’une routine quotidienne, il refait chaque jour les mêmes choses, inlassablement. Dans cette courte nouvelle, Verne imagine de nouveaux objets (dont certains que nous connaissons comme le totaliseur, sorte de calculatrice, ou encore le téléphote qui permet les visioconférences) et nous montre par là que l’évolution des sciences connaît des limites que les technologies n’ont pas. Une petite pique est faite aux femmes qui en 1000 ans n’auraient apparemment pas évoluer d’un pouce et qui penseraient plus à la dernière mode plutôt qu’à arriver à l’heure à un rendez-vous (merci bien !!).
Bref ! Quant aux personnages, ils n’ont rien de remarquables (d’après moi) car ce ne sont pas eux qui font l’histoire, ils participent simplement au bon déroulé de l’action.

En conclusion, c’est une petite histoire qui se lit très facilement et très (très) rapidement. De plus, nous avons des anticipations et objets un peu fous typiques de l’univers Jules Verne qui, pour certains, donnent envie comme la projection de publicités sur les nuages ou encore l’aéro-car ! Mais les Verne nous montrent surtout que l’homme de 1889 était déjà conscient que la technologie pouvait évoluer sans limite alors que la science, de ce qu’ils en connaissaient en 1889, ne peut pas ramener un mort à la vie notamment (cryogénie humaine). J’ai tout de même apprécié ma lecture car univers complet et très intéressant.

Bonne lecture et à bientôt !arton6

(si vous avez un bouquin à me conseiller, n’hésitez pas à m’en faire part dans les commentaires !)

Publicités

2 réflexions sur “Book #24 : En l’an 2889 de Jules Verne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s