Book #18 : Peter Pan de James M. Barrie – Lecture commune


Édition : Librio
Genre : conte merveilleux
144 pages
Publication : 2013
2 €


« Toutes les fois qu’un enfant déclare : “Je ne crois pas aux fées”, alors l’une d’entre elle tombe raide morte. » (p. 27)

Synopsis
Peter Pan, l’enfant qui refusait de grandir, fait la connaissance de Wendy et de ses petits frères, John et Michael, alors qu’il vient récupérer son ombre perdue chez eux lors d’une précédente visite. Il emmène alors les 3 enfants sur l’île Imaginaire où ils font la connaissance des garçons perdus, des Peaux-Rouges et des pirates. Tout cela promet de grandes aventures…

Il s’agit de ma toute première lecture commune, et je la réalise en compagnie de Julie du blog Julie Juz – Les écrits de Julie. N’hésitez pas à aller visiter son joli blog où elle parle aussi bien de ses lectures que de cinéma ou de musique, et de culture en générale 😀 ! Comme nous publions nos chroniques en même temps, allez donc lire la sienne, vous verrez elle est top 😉 !
Je la remercie d’avoir accepté cette lecture commune en ma compagnie !!

Julie a, de son côté, choisi de lire Peter Pan dans sa version d’origine, c’est-à-dire en anglais. Quant à moi, quiche que je suis en langues, je l’ai lu en français.
Faisant notre première lecture commune ensemble, nous avons donc décidé de nos propres « règles » et comme l’a très justement fait remarquer Julie, notre découpage nous donnait involontairement un cliffhanger très intéressant à chaque fin de chapitre (très dur donc de ne pas tout lire d’un coup!) !!


Mon avis

L’histoire, tout le monde la connaît, c’est celle d’un petit garçon nommé Peter Pan qui refuse catégoriquement de grandir et qui vit dans une maison souterraine sur l’île Imaginaire dont la drôle d’adresse est « La deuxième à droite, et droit devant jusqu’au matin ! ». Pour prendre soin de lui (surtout) et des garçons perdus, il “enlève” Wendy un vendredi soir afin qu’elle devienne leur mère. Tous les garçons sont sous ses ordres et ne la quittent plus d’une semelle (ils sont prêts à la séquestrer lorsqu’elle veut partir) : ils lui construisent une hutte (celle de ses rêves), écoutent ses histoires et l’appellent maman. Le récit forme une sorte de boucle qui ne se fermera jamais tant que les personnages féminins qui sont le centre de cette boucle, seront là pour prendre soin de la mémoire de Peter (qui oublie très vite le passé) et donc de l’île qui est dépendante de lui (chap. 5). Elles sont la mémoire du passé, elles protègent les enfants sans avoir conscience qu’elles ont elles-mêmes besoin d’être protégées (Wendy le découvre à la fin, lorsque sa mère lui dit).
Le décor est merveilleux. Les enfants passent du monde réel (Londres, leur maison) au décor imaginaire dont ils rêvent la nuit. Ils entrent littéralement dans le merveilleux et le vivent pour de vrai. Le voyage fut long et épuisant pour les enfants. Sur l’île, l’atmosphère semble redoutable la nuit (animaux féroces, bruits, obscurité), alors que chez eux une veilleuse efface tout cela, sur l’île rien ne peut retenir la nature loin d’eux.
Parlons maintenant personnages, qui sont construits, profonds et très bien travaillés. Dans la version originale, Peter Pan a un caractère très très différent de celui de Disney (vous risquez d’être choqués… je vous préviens !!). Le jeune garçon est égocentrique, méchant, grossier, calculateur, sournois, “mâle dominant” il ne supporte pas qu’on lui désobéisse, mais à côté de cela il sait se monter gentil, fragile, “peureux” lorsqu’il s’agit de grandir et d’être responsable (chap. 10 : « Je réfléchissais, dit-il, un peu effrayé. Ce n’est que pour faire semblant que je suis père, n’est-ce pas ? »). Quant à Wendy, elle est docile, compréhensive mais a aussi son petit caractère tout de même (elle n’est pas là pour uniquement faire de la figuration !), c’est un personnage central, elle permet aux enfants perdus d’obtenir de l’attention, ils sont ainsi en sécurité grâce à elle, face à Crochet qui n’a de cesse de les poursuivre (il n’aime pas les enfants et les enfants ne l’aiment pas !!). Alors que dans le monde réel, ce « n’est qu’une fille » d’après ses frères, sur l’île elle est traitée comme une princesse. Elle permet aussi à ses frères de se souvenir de leur vie d’avant, de leur vie réelle bien qu’elle aussi commence petit à petit à oublier. Clochette, la fée, et Lis Tigré, la Peau-Rouge, sont deux autres figures féminines qui entourent Peter et qui veulent être pour lui autre chose qu’une mère, tout comme Wendy. Sauf que cela, Peter ne peut (ou ne veut ??) le concevoir. Les garçons perdus sont tous aussi mignons les uns que les autres, chacun a son caractère et seule Wendy et l’admiration qu’ils lui portent pourront les faire changer et devenir grand ! Nana, la gouvernante des enfants Darling et qui n’est autre qu’une chienne terre-neuve, est tellement mignonne et attentionnée qu’il faut lire le livre pour s’en rendre pleinement compte ♥. J’ai franchement adoré Clochette, elle est tellement jalouse de Wendy qu’elle est prête à la faire tuer et aime tellement Peter Pan qu’elle est prête à mourir pour lui, c’est un personnage entier et franc, elle ne se cache pas lorsque quelque chose ne lui plait pas. Quant à James Crochet, qui doit son prénom à Barrie lui-même (Jacques dans ma version… pourquoi ont-ils traduit ce prénom mais pas John et Michael ??!!! N’importe quoi !! Laissez-nous donc les noms anglais !!), fidèle à lui même, méchant et fier (sauf devant le croco bien sûr ), il est prêt à tout pour tuer Peter Pan, cet enfant qu’il ne sera jamais plus et à qui il en veut à cause de sa jeunesse, de son aplomb et de son mépris pour les adultes. Même s’il tente de remonter le temps en demandant à Wendy de devenir sa mère, il ne peut échapper à son Destin (dommage !!). Venons-en maintenant au narrateur, ah le narrateur !! Tellement ironique et mauvaise langue ! Je l’adore, je pense que la lecture n’aurait pas été la même sans lui 🙂 ! Bref, dès le chapitre 1, il se pose comme étant en quelque sorte un ancien enfant perdu « nous aussi, nous y sommes allés, et bien que nous n’y aborderons jamais plus, nous avons encore dans l’oreille le chant des vagues » (p. 9), il inclut le lecteur dans ses réflexions en usant du pronom « nous », ce qui nous permet de plonger nous aussi dans cet Imaginaire. Il semble (presque) tout connaître sur les us et coutumes de l’île ainsi que sur ses habitants. C’est un narrateur omniscient, subjectif, il use de l’ironie et d’adjectifs parfois péjoratifs pour qualifier les personnages masculins alors qu’il est très bienveillant avec les personnages féminins : « vaillante Lis Tigré » (p. 98) / « cette vieille baderne [homme âgé et borné] de Foggerty » (p. 99).

Pour conclure cette longue (très longue? trop longue ?!!) chronique, je vous dirai que j’ai vraiment beaucoup apprécié ma lecture et que je vous la recommande chaleureusement si vous ne l’avez jamais lu. J’ai pu découvrir un tout autre visage de Peter Pan que celui gentillet et niais présenté par Disney, et il me fait tout de même assez peur je dois dire… Je pense aussi qu’il y a plusieurs niveau de lecture, il y a celle pour les enfants où l’île est un doux rêve dans lequel les enfants sont les maîtres et où on combat des pirates et des indiens pour jouer ; mais il y a aussi celle où la mort est omniprésente (temps qui passe grâce au tic-tac du crocodile, les enfants que Peter n’hésite pas à supprimer lorsqu’ils grandissent de même que les pirates qu’il tue…) et où ce rêve est un échappatoire, un exutoire pour oublier la vie réelle d’adulte. Les femmes dès qu’elles deviennent mères (Mme Darling, Wendy, Jane) sont là pour nous rappeler le temps qui passe, notre jeunesse qui nous a échappé, l’enfant que l’on n’est plus. Peter ne pouvait donc plus trouver de réconfort auprès d’une grande personne comme Wendy, et même si Wendy rêvait encore d’aventures et de Peter Pan, elle savait qu’elle n’était plus une enfant et qu’elle ne devait plus se comporter comme tel. C’est ainsi que la boucle commença…

Bonne lecture et à bientôt !

51qO0XI0b7L._SX315_BO1,204,203,200_

(si vous avez un bouquin à me conseiller, n’hésitez pas à m’en faire part dans les commentaires !)

Publicités

2 réflexions sur “Book #18 : Peter Pan de James M. Barrie – Lecture commune

  1. Mais quelle chronique ! Ce fut un plaisir de lire ce livre avec toi, et ta chronique est super, et complète – tu présentes bien les atouts du livre, qui sont finalement toutes ces plongées dans la façon de penser des personnages. 🙂 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s