Book #16 : Belle de glace d’Anna Sheehan


Traduction : Mathilde Bouhon
Édition : Hachette – Black Moon
Genre : roman jeunesse, science-fiction post-apocalyptique
384 pages
Publication : 2012
6,99 € (format Kindle)


« Je crois que j’ai vaguement souri, mais je me suis endormie si vite que l’on aurait presque dit un retour en stase. C’était tout aussi agréable. Le peur m’avait quittée. J’avais déjà tout perdu. Qu’avais-je encore à craindre ? »

Synopsis
Rose se réveille après 62 ans de stase, sommeil artificiel, dans un monde qui n’est plus le sien. Ses parents sont morts, de même que toutes les personnes qu’elles connaissaient, au cours des Années Sombres (maladie, famine …). Alors qu’elle tente de s’intégrer dans cette société où tous les codes ont changé, elle ne s’attend pas à être la cible d’un Plastine, robot/mort-vivant, dont la mission est de l’éliminer.

Mon avis
Il s’agit du septième livre lu dans le cadre du Cold Winter Challenge.
Après le thriller psychologique, de la littérature de jeunesse (normalement plus soft) où il est tout de même question de meurtre … Bah oui, un Plastine en veut à Rose (on ne sait pourquoi qu’à la fin !) et il doit la tuer s’il ne peut pas la ramener au client (qui est donc ce client mystère ?)
L’écriture est fluide, la division en chapitre permet de stopper et de reprendre plus facilement la lecture (le soir on se dit, je lis tant de chapitres et hop au lit ! Alors qu’en nombre de pages, on ne tombe pas forcément sur une phrase terminée en bas de page et du coup on repousse, on repousse et on ne dort pas !! Enfin bref, je m’égare là !). Les phrases sont bien faites, logiques. On ne se perd pas dans des détails inutiles, chaque chose à son importance. De même que les digressions qui reviennent sur le passé de Rose nous permettent de comprendre le pourquoi du comment (pourquoi elle a en réalité 100 ans mais son corps seulement 16, pourquoi ses parents l’ont endormie aussi régulièrement, etc).
Le décor est « post-apocalyptique », dans le sens où ceux qui ont survécu aux Années Sombres sont peu nombreux et se sont efforcés à reconstruire un monde où chacun a une place à prendre, et il est bien construit, réaliste, sans chose complètement extravagante. Les personnages s’y déplacent en glisseur, tout est électroniquement surveillé (ouverture des portes, campus, résidence de Rose …) et chaque déplacement référencé sur Internet (ce qui permet au Placide de retrouver Rose à chaque fois qu’elle change d’endroit).
Concernant les personnages, Rose (personellement, elle ne m’a pas tellement plu, elle m’était assez indifférente en fait…) est donc la seule héritière de l’entreprise interplanétaire UniCorp qui appartenait à ses parents et qui, depuis leur mort, est administré par Reggie Guillory (méchant personnage Grr!) et le grand-père de Bren. Rose est une jeune fille banale, timide et complètement déphasée !! Il faut dire que se réveiller au bout de 60 ans ce n’est pas top physiquement déjà (elle est aussi maigre qu’une brindille) et puis niveau social elle n’est plus à jour du tout (du coup pour se faire des amis, ce n’est pas top comme situation) ! Le beau gosse de l’histoire, c’est Bren et c’est bien sûr lui qui l’embrasse pour la sortir de son long sommeil forcé, c’est aussi lui qui s’occupe de Rose sur le campus du lycée et qui la surveille à la demande de son grand-père. Il y a aussi Otto (mon perso préféré du roman ^^ ), un être hybride bleu (moitié humain, moitié extra-terrestre) qui ne parle pas mais utilise une autre sorte de moyen pour communiquer : tout se passe par le toucher. Il est drôle, attachant et tellement gentil qu’on ne peut que l’apprécier. À coté de lui, les autres personnages sont assez « plats », « fades », ils n’ont pas beaucoup de profondeurs ni de mystères…
Cette réécriture futuriste du conte La Belle au bois dormant est bien menée, le sommeil prolongé, le réveil par un baiser, « le prince charmant », les 16 ans de Rose, le thème du Dragon qui garde la jeune héritière (qui sont ceux à qui on ne pense pas dès le début… mais qui le deviennent petit à petit.. Ahah, vous commencez à vous poser des questions ?!).
Pour conclure cette chronique, j’ai beaucoup aimé ce livre. Le thème de l’enfance jalousement protégée et conservée par vous-verrez-qui est vraiment très intéressant et nous montre qu’une petite fille n’est pas une « poupée vivante » avec laquelle on peut jouer comme bon nous semble, c’est avant tout un être vivant qui a besoin d’attention et de soin (on ne peut pas l’endormir à chaque fois qu’on a une chose à faire ou qu’il nous embête, pleure, est de mauvaise humeur). Bref, je vous conseille ce roman si la science-fiction post-apocalyptique teintée d’une pointe de romance vous plait ;).

Bonne lecture et à bientôt !

(si vous avez un bouquin à me conseiller, n’hésitez pas à m’en faire part dans les commentaires !)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s