Book #4 : Virginia et Vita de Christine Orban


Édition : Le Livre de Poche
Genre : Littérature
234 pages
Publication : 2012
6.60 €


« Tu me manquais cruellement. Je me suis rappelé le soir où à cette même table nous nous sommes rencontrés pour la première fois. Je n’ai rien oublié. Je crois bien avoir la meilleure mémoire de sensations qui soit. Je me souvenais de tout. Absolument tout, même de ce qui avait traversé mon esprit quand tu étais assise sur le canapé rouge à mes côtés. » (p. 208)

Synopsis
1927, Virginia Woolf, stérile et mariée à l’éditeur Léonard Woolf, vit alors une relation amoureuse dévorante et torturée, au su de ce dernier qui finit par se douter de quelque chose, avec Vita Sackville-West, une aristocrate, elle aussi mariée et mère de deux garçons. Cette aventure fait s’entre-mêler passion et jalousie pour donner naissance à une œuvre littéraire majeure : Orlando.

Mon avis
L’on assiste dans ce roman à la mise en abyme même de l’écriture et de son mécanisme. En effet, Christine Orban qui écrit Virginia et Vita représente Virginia dans le processus de création de l’œuvre d’Orlando. Ainsi, Virginia, à la fois pour se venger du mauvais traitement qu’elle lui fait subir mais aussi par amour, transforme Vita en personnage de fiction changeant de sexe, d’un homme viril au début du roman, il devient une femme à la fin. Et à son tour, Christine Orban transforme l’écrivaine en personnage de roman où elle la confronte à ses pires démons (jalousie, amour, aliénation).
L’écriture de cette histoire d’amour en elle-même n’est ni intéressante ni énergique, je me suis ennuyé par moment (elle aime Vita qui s’amuse d’elle en en fréquentant une autre, lui pardonne, l’aime de nouveau…), ce n’est pas pour cela que j’ai lu ce roman (les histoires d’amour, très peu pour moi !!). Ce qui m’a intéressé, c’est la genèse du roman Orlando dans l’esprit tourmenté et aliéné de Virginia, les évènements qui ont rendu cela possible, depuis les premières images qui lui sont apparues jusqu’aux premiers mots couchés sur le papier, ainsi que les rebondissements qui lui font choisir tel modèle (Vita) plutôt qu’un autre (Violet D.) pour son personnage principal.
Du reste, le livre est très rapide à lire, les phrases sont courtes et simples. La composition fait s’alterner narration, citations du roman Orlando et extraits de la correspondance épistolaire des deux femmes, ce qui est très plaisant.

Bonne lecture et à bientôt !

IMG_20151022_160016221
IMG_20151022_160505124

(si vous avez un bouquin à me conseiller, n’hésitez pas à m’en faire part dans les commentaires !)

Publicités

Une réflexion sur “Book #4 : Virginia et Vita de Christine Orban

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s